Une calculatrice et un stylo se tiennent sur une facture
Le Royalty Crowdfunding
21 octobre 2019
Un homme écrit sur un cahier
Explications et conseils sur le plan de financement
11 février 2020
 
 

Obtenir un prêt professionnel rapidement


 
 
Obtenir un prêt professionnel rapidement n'est pas une étape simple. Toutefois c'est une étape cruciale dans la vie d’une entreprise , car elle va définir le futur de celle-ci. Pour cela, quatre grands stades sont à franchir : construire un plan de financement équilibré, monter le dossier(qui conditionne en grande partie l’obtention du crédit), s’entretenir avec le banquier et négocier le crédit. Découvrez, avec Finalgo, comment réussir ces différentes étapes afin d’optimiser vos chances d’obtenir un financement.
 
 

Le plan de financement



Le but de cette partie consiste à identifier les différents modes de financements éligibles. Quelques règles sont à prendre en compte :

  • Le long terme doit couvrir le long terme. Les investissements (constructions, machines, etc.) doivent être financés par du long terme, c’est-à-dire des fonds propres ,quasi-fonds propres , comptes courant ou dette moyen/long terme.
  • La durée du financement doit être égale à la durée d’amortissement ou durée de vie du bien.
  • Le fonds de roulement doit permettre de couvrir les ¾ du besoin de fonds de roulement.
  • Les découverts bancaires ne doivent pas dépasser 25 % du total des financements. La trésorerie négative ne doit pas constituer une ressource de financement supérieure à 25 %, ni être supérieur à un mois de chiffre d’affaires.

De plus, l’analyse du bilan de l’entreprise peut révéler des éléments qui permettraient de libérer de la trésorerie. L’analyse de l’activité de l’entreprise peut, elle aussi, être une source de financement. Enfin, si vous ne trouvez aucun financement éligible ou adapté, une augmentation de capital peut toujours être envisagée, même si le process est long et difficile. Celle-ci permettra d’effectuer un effet de levier complémentaire en allant solliciter un crédit auprès d’une banque ou de BPI (banque publique d’investissement).


Monter un dossier de financement



Pour monter un dossier de financement de qualité, il faut remplir de manière détaillée différentes informations liées au projet :

A. Les informations du ou des dirigeants


Cette partie commencera par l’état-civil du ou des dirigeants. Cette étape est obligatoire, car le banquier doit identifier les bénéficiaires effectifs. C’est-à-dire, le ou les personnes qui contrôlent directement ou indirectement la société empruntrice. Fournir ces pièces vous permettra d'obtenir votre prêt professionnel rapidement.

Seconde information à présenter, les formations et expériences professionnelles. Cette section varie en fonction du projet présenté. Elle sera très détaillée dans le cas d’une création d’entreprise ou pour un artisan, commerçant, profession libérale.
Pour obtenir un prêt professionnel rapidement, il faut que le banquier analyse l’adéquation du dirigeant avec le projet ce qui déterminera en grande partie la viabilité de ce dernier. Tout l’enjeu de l’exercice sera de mettre en corrélation les expériences du dirigeant et l’activité exercée par la future entreprise. Il conviendra de mettre en avant toutes les expertises, savoir-faire et compétences qui vont permettre de rassurer le banquier sur la capacité du dirigeant à mener à bien le projet.

Troisième information qui sera demandée, la vision et l’ambition. Elles correspondent aux motivations, ambitions du dirigeant vis-à-vis de sa société sur le long terme. C’est-à-dire, quels sont ses objectifs ? Qu’est-ce qui le pousse à développer sa société ? Quels sont les éléments clés à retenir ?
Cela permet au banquier de bien comprendre le projet et de voir la cohérence du projet d’entreprise par rapport au projet de vie plus global du porteur.

Ensuite, la surface patrimoniale devra être présentée. Elle représente : les avoirs privés, les avoirs totaux, les titres, l’assurance-vie et les avoirs contrôlés ainsi que la surface immobilière que le ou les dirigeants possèdent, avec celle de leurs conjoints.
Ces informations sont nécessaires pour que le banquier puisse monter son dossier et analyser s’il peut prendre des garanties complémentaires sur le patrimoine du dirigeant. Cela rassure toujours un banquier de savoir que la personne qui emprunte à des avoirs privés. Le fait de ne pas en avoir n’est évidemment pas bloquant !

Dernière partie, les revenus et charges à titre privé. Il sera demandé de les calculer. Le but sera de déterminer le fameux reste à vivre de l’emprunteur. C’est-à-dire la partie du revenu restant après paiement de l’ensemble des charges récurrentes : emprunt, loyer, pension, etc. Le banquier voudra s’assurer que le revenu dégagé suffit pour faire vivre le foyer. Plus vous réalisez cette étape rapidement, plus vous pourrez obtenir votre prêt professionnel rapidement.

B. L’analyse économique de l’entreprise


L’objectif de cette partie est de présenter l’activité de l’entreprise. Le banquier devra analyser les différentes composantes de l’entreprise pour comprendre où sont les risques et quelles sont les mesures qui ont été prises pour les réduire. Chaque point ne sera pas forcément à détailler, il dépendra des spécificités de l’entreprise.

Il sera demandé de présenter toutes les informations liées à l’entreprises. Premièrement, la structure juridique : le nom de l’entreprise, le statut juridique, le code NAF, le numéro SIREN, la date de création et l’adresse du siège social. Connaître les différentes pièces à fournir vous permettra d'obtenir un prêt professionnel rapidement.

Ensuite, il conviendra de décrire l’activité de l’entreprise en précisant : le secteur d’activité, l’historique de l’entreprise ainsi que les chiffres clés principaux comme le chiffre d’affaires HT et TTC, le taux de marge, le résultat net… Il est aussi nécessaire de spécifier si l’entreprise récupère la TVA ou non.

Viendra après, les produits et services commercialisés par l’entreprise où il faut détailler le modèle économique de la société, ainsi que les savoir-faire maitrisés en interne.

Par la suite, le ou les dirigeants devront présenter les ressources de l’entreprise. Cela inclut :

  • Les moyens humains employés.
  • Les locaux professionnels.
  • Le matériel en décrivant les principaux matériels et équipements utiles à l’exploitation.
  • Le fonds de commerce.
  • L’outil de production. Cette partie sera utile dans le cas d’une société industrielle.
  • Les clients. L’objectif ici est de déterminer la dépendance de l’entreprise par rapport à ses clients.
  • Les fournisseurs. Il s’agit ici d’évaluer la dépendance de l’entreprise envers un ou plusieurs fournisseurs.
  • Les stocks. Il s’agit d’identifier la nature de ceux-ci (matière première, marchandises…), le délai de rotation, l’ancienneté du stock et son obsolescence.

Après cette analyse économique de l’entreprise, le ou les dirigeants devront s’attarder sur le marché. Cela inclut :

  • L’environnement de la société. Cette partie ne sera pas forcément nécessaire pour toutes les entreprises. En synthèse,l’analyse du marché de l’entreprise doit montrer que l’on maîtrise le marché dans lequel l’entreprise intervient.
  • Le SWOT. C’est la dernière étape avant l’analyse financière. Il s’agit ici de synthétiser la présentation de l’entreprise en expliquant les forces, faiblesses (propre à l’entreprise) et les opportunités, menaces (propre au marché).

C. L'analyse financière


Elle doit permettre de comprendre le niveau de rentabilité et de solvabilité de l’entreprise. Une bonne analyse financière vous permettra d'obtenir un prêt professionnel rapidement.

Elle comporte, premièrement, l’analyse des SIG (soldes intermédiaires de gestion). Globalement, ils représentent tous les indicateurs qui permettent d’analyser la rentabilité et la profitabilité d’une entreprise. Les plus courants sont :
  • Le chiffre d’affaires.
  • La marge : différence entre le prix de vente et le prix d’achat.
  • L’excèdent brut d’exploitation : il représente les ressources que tire l’entreprise de son exploitation.
  • Le résultat net.

A travers cette analyse le banquier devra se faire une idée assez claire de l’évolution de l’activité de l’entreprise et de sa rentabilité.

Deuxièmement, il conviendra d’effectuer une analyse du bilan. Elle contient :
  • L’analyse du BFR.
  • L’analyse du financement. Cette partie est consacrée à la politique de financement de l’entreprise ou plus précisément, comment l’entreprise finance-t-elle ses besoins ?
  • L’analyse de la trésorerie. Vous devrez ici, analyser l’évolution de la trésorerie nette, c’est-à-dire les disponibilités (trésorerie + valeur mobilière de placement) moins les découverts et les dettes financières à court terme (moins de 1 an).


L'entretien



L’entretien est un passage obligé pour l’obtention d’un prêt professionnel. Le banquier souhaitera vous rencontrer pour mieux vous connaître et approfondir la connaissance de votre dossier. Ce passage nécessaire peut être source de stress, voire même déstabilisant.

Une des premières choses à savoir pour bien négocier votre prêt professionnel, est que le banquier à des intérêts à vous délivrer un financement. En effet, son travail consiste à trouver de nouveaux clients. Il n’est donc pas un ennemi. Cependant, il ne peut pas accepter n’importe quel dossier. C’est pourquoi, il est important d’avoir préparé son entretien en amont en ayant notamment établi un dossier de financement détaillé.

Ce qui importe le plus au banquier est de savoir si votre entreprise est pérenne ou non. Il faut bien savoir, qu’en acceptant votre demande de crédit, il prend un risque, celui que vous fassiez faillite.

C’est pourquoi, le banquier, va aussi analyser la capacité du dirigeant à gérer son entreprise. Pensez à mettre en avant les expériences de votre vie professionnelle ou personnelle qui montrent que vous savez gérer un projet du début à la fin.

En tant que dirigeant, il est fort probable que vous soyez tenté d’embellir la réalité. Cela se comprend, mais reste une très mauvaise idée. Soyez le plus transparent possible et faite attention à ne pas omettre les potentielles difficultés que vous pourriez rencontrer, et à indiquer comment vous comptez les surmonter.

En conclusion, il est nécessaire de bien comprendre ce que le banquier attend de vous, préparez bien votre rendez-vous avec lui pour le rassurer, et n’hésitez pas à vous faire accompagner par un conseiller qui pourra vous coacher et vous accompagner lors de cette épreuve.


La négociation



Pour faire des économies ou adapter le crédit à l'entreprise, négocier son prêt professionnel peut ouvrir de nombreuses possibilités. Voici plusieurs points sur lesquels vous pouvez axer votre négociation :

  • Le taux d’intérêt. Il désigne le coût du prêt et il prend en compte plusieurs paramètres tels que la durée (plus l’emprunt se fait sur une longue période, plus le taux sera élevé), le profil de l’emprunteur, et le marché (les taux d’intérêt des banques sont notamment fixés en fonction des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne).
  • L’assurance. En général, la banque réclame à l’emprunteur une assurance qui prendra le relais en cas d’incapacité, de décès ou d’invalidité. Depuis 2010, vous êtes libre de choisir votre propre assurance. C’est le principe de la délégation d’assurance. Etant donné que vous êtes libre dans votre choix, vous pouvez mettre en concurrence l’assurance que vous propose le banquier avec d’autres assurances. C’est même votre principal argument de négociation.
  • Les garanties, elles protègent la banque en cas de problèmes. Voici quelques garanties pouvant être liées à un prêt professionnel. Le but ici, est d’éviter au maximum la caution personnelle. C’est pour cela que vous devez privilégier d’autres méthodes de garanties comme les sociétés de caution mutuelle (BPI ou SIAGI notamment).
  • Les conditions tarifaires de gestion de compte. Il est important, durant l’entretien de bien détailler ces points afin d’éviter toutes surprises dans le futur. Elles correspondent notamment aux commissions de mouvements, aux frais annexes et aux frais liés à la monétique.


N’oubliez pas qu’un courtier en prêt professionnel pourra vous aider pour négocier au mieux les conditions, car il a une bonne connaissance des tarifs appliqués par les banques en générale.

Pour conclure, vous maitrisez dorénavant les 4 grandes étapes de l’obtention d’un prêt professionnel. La première est la plus importante, car elle conditionne la réussite des deux autres. C’est donc dans cette partie que repose le plus gros du travail.
N’hésitez surtout pas à vous faire aider par des professionnels comme des courtiers ou des experts-comptables. Ils vous garantiront des chances de succès optimales. Vous avez désormais toutes les clés en mains pour obtenir votre prêt professionnel et réaliser vos projets.
 
 
 
DEMANDER UNE DÉMO